Isla Christina – Andalucia

Nous avons déjà fait en 2013 un séjour hivernal en Andalousie : Séville, Cadix, Grenade, mais là nous avons fait escale dans la partie ouest de la région. A partir de Séville cap à l’ouest en direction du Portugal. Après Huelva, nous faisons escale à Isla Cristina petite ville côtière à 10km à vol d’oiseau de la frontière du Portugal.

Sur le quai de Isla Cristina

Sur le quai de Isla Cristina

La région est très agricole, on y produit des oranges, des fraises au mois de février. Un vendeur dans la rue nous en a vendu pour 1 euro le kilo… Je dois dire  qu’elles sont croquantes et très bien goutée. Le sac de 5kg d’oranges est vendu 3 euros…  De grandes étendues de serres couvrent toutes les collines de la région. On a sacrifié la beauté de la région à la production agricole.

Fruitiers en fleur, nous sommes en février

Fruitiers en fleur, nous sommes en février

Production de fraises

Production de fraises

Il y a aussi une grande zone de marais qui accueillent de nombreux oiseaux migrateurs. On a pu y voir des flamands roses, flamenco en espagnol, je l’ignorais ! Nous avons aussi vu des oiseaux à spatule (europea spoonbill) on n’a pas trouvé le nom français ! Des cigognes, elles ne sont pas toutes en Alsace, elles préfèrent passer l’hiver ici. D’autres oiseaux ont agrémentés nos sorties vélo dans les marais mais nous ne sommes suffisamment qualifiés pour les nommer. Certains ont échappé à mon objectif.

Un bel oiseau dont on a pas trouvé le nom

Un bel oiseau dont on a pas trouvé le nom

Un oiseau à spatule

Un oiseau à spatule

Un joli couple ce cigognes

Un joli couple ce cigognes

La petite ville de la Islantilla est une cité balnéaire fermée à 95% pendant ce mois de février, les pécheurs sont par contre en pleine activité. Je n’ose pas imaginer l’ambiance en saison ! Isla Cristina, malgré un bel emplacement est peu mise en valeur. Le camping est correct à condition de trouver un emplacement pas trop près de l’entrée, il y a trop de monde et pas trop sablonneux, c’est le cas de 90% d’entre eux. Domingo, homme du terrain (de camping) nous a soignés : on y était très bien installé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.