La zone côtière

Nous voilà dans la région favorite des camping-caristes européens qui passent l’hiver au chaud, enfin presque : si dans la journée il fait plus chaud que ce que nous avons déjà eu, aux alentours de vingt degrés, il y a toujours un fond d’air frais à cause de cette brise qui vient de la mer. Nous faisons étape à Tifnit où il y a un petit port de pêche où l’on vend le poisson sur des étals installés sur la plage. L’accès au village se fait à pied ou en dromadaire car il y a beaucoup de sable.

P1120913

Au sud d’Agadir, la plaine est cultivée et il y beaucoup de serres de production de tomates. Il faut atteindre Tifnit pour voir les collines de l’Anti Atlas modifier le paysage. Cette fois beaucoup de zones désertiques où poussent seulement les arganiers et des plans d’euphorbes, une variété de cactus, s’adaptent à cette nature hostile.

Parmi nos étapes, la petite ville de Sidi Ifni nous intéresse. C’est un ancien comptoir espagnol et elle a un caractère bien différent des petites villes déjà traversées. La région a aussi subi de graves inondations en fin novembre 2014 et les campings que nous avions repérés n’existent plus car emportés par l’oued. Le personnel s’adapte et nous propose un service réduit de camping sur le parking devant celui-ci.

Nous mettons le cap encore au sud et nous voilà à Abaynou au camping de la vallée. Paul, le patron d’origine corse est très convivial et chaleureux et se charge de mettre à l’aise tout le monde. Nous dégustons au restaurant du camping une côte de chameau, un tajine de chèvre, du mulet… Sa formule de demi-pension est impeccable. Une rando, dans les collines environnantes, proposée par un camping-cariste habitué des lieux nous permet de découvrir une belle nature.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.