Voyage au centre de la Sicile

Nous avons quitté la côte pour une visite de l’intérieur de l’île et même jusqu’à son centre admis comme étant la ville de Enna. Au point culminant se trouve le château de Lombardie à 1000 mètres d’altitude.

P1150507

Nous y étions le weekend et le weekend les italiens sortent. Si la grande majorité va à la « spiaggia », vous avez compris la plage, jamais très loin, il y en a qui restent. La tradition de la « passegiatta », la promenade de la fin de journée fait descendre toutes les générations sur les allées piétonnes de chaque ville. Si l’on constate beaucoup de convivialité à cette occasion, pour le reste de la vie, ils semblent assez indifférents entre eux.

Sur la route, de nombreux panneaux de limitation de vitesse et d’information existent comme les lignes blanches. Le franchissement de ligne continue ne pose aucun problème et les limitations de vitesse ne sont pas contrôlées. Nous avons vu un seul radar automatique à 80 km/h et devant lequel tout le monde passe à 40 km/h. Le stationnement est totalement anarchique : on s’arrête quand on veut et où l’on veut. La double file est une habitude courante ainsi que le stationnement perpendiculaire au trottoir.

Nous avons aussi testé plusieurs spécialités culinaires italiennes que pour certaines nous apprécions déjà en France. La pizza bien sûr, ici bien moins chère qu’en France, mais aussi les nombreuses recettes de pâtes, les italiens en consomment au moins une fois par jour. La Sicile produit énormément de fruits et légumes et aussi du vin et de l’huile d’olive.

La propreté des espaces publics est très variable suivant les villes et villages : du pire au meilleur. Nous avons eu l’occasion d’observer une dame venir, en voiture, déposer son sac poubelle dans un fourré au bord d’un parking de ville ! A cet endroit on y trouvait aussi un réfrigérateur, une télé pulvérisée…. là, ça me dépasse.

Nous avons aussi visités des lieux historiques comme Enna et son « Castello di Lombardia ». Une fois grimpé au château à 1000 mètres d’altitude on y découvre une vue sur L’Etna pourtant à 40km. A Piazza Armerina nous avons visité un centre historique très pentu mais bien typique de Sicile. Nous y avons aussi apprécié la visite de la « Villa Romana del Casale » célèbre par ses mosaïques très anciennes et magnifiquement restaurées. Calatagirone a été l’occasion d’un bivouac, nous y sommes passés le jour de la Pentecôte très fervente mais c’est surtout ses mosaïques qui font sa réputation. L’escalier monumental du centre historique et aussi sa production actuelle de poteries et de grès. Ragusa sera notre dernière étape au centre de l’île. Son quartier historique d’Iblea est très agréable.

Un constat nous est apparu : je pensais que l’on y voyait de nombreux français en camping-car, un peu comme au Maroc… et bien non. Peut-être est-ce particulier à cette année ou à la saison, mais si l’on croise des groupes de voyages organisés où l’on parle français ou d’autres qui font un auto tour de Sicile, pas ou très peu de camping caristes français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.